Conférence Européenne sur les « bonnes pratiques pour l’intégration et l’inclusion », Rome Septembre 2006.

Andrea Canevaro, professeur à l’Université de Bologne :

1/

En Italie, ce que nous appelons aujourd’hui « inclusion » et que nous avons appelé par le passé « intégration », est née parce que nous nous sommes rendu compte que les institutions fonctionnaient très mal. Elles avaient une population qui avait été mise là un peu par force, et puis abandonnée à un sort qui n’était pas humainement digne. Au début, nous avons cru que la sortie des institutions était une chose extrêmement simple à réaliser. Il suffisait de libérer ces gens de ces endroits un peu sordides, et voilà tout ! Il fallait les réintégrer dans le cercle des humains, plus libres, et ensuite simplement continuer…