Interview de Madame Flavia Prodi, femme du Président du Conseil Italien, et auteur avec lui d’un livre traduit récemment, La politique du cœur, Éd. Nouvelle Cité.

J.P. :

Vous dites que l’école publique joue particulièrement bien ce rôle…

Fl. P. :

Mais bien sûr, parce que les écoles publiques prennent les enfants là où ils habitent.

Tous ?

Le problème vient de la formation de ghettos, parce que lorsqu’on a des ghettos, on a aussi des concentrations d’enfants qui accumulent les problèmes. Alors là , le problème est en amont, où il faut créer des villes où faire vivre ensemble toutes les classes sociales. Je suis persuadée qu’avant l’école, aujourd’hui il faut réfléchir à comment construire nos villes. Avoir en tête de favoriser les brassages par ses zones où il peut y avoir des familles qui ont étudié avec d’autres… Je pense que c’est très important… En fait, ce n’est pas du tout ce qui se passe…