Handy-Psy

Les Cyberscopies
SimpleViewer requires JavaScript and the Flash Player. Get Flash.
Titre original Filiation, parricide et psychose à l’adolescence, les liens du sang
Date de parution 1999
Dépôt légal 2000
Langue originale français
Réalisation Alain Casanova
Production(s) Starfilm International et Le Carnet Psy
Auteur(s) François Marty
Support DVD
Durée 27mn

François Marty : Filiation, parricide et psychose à l’adolescence, les liens du sang

François Marty : Filiation, parricide et psychose à l’adolescence, les liens du sang

Cyb01

25,00 €





Descriptif

François Marty : Filiation, parricide et psychose à l’adolescence, les liens du sang, Éd.ÉRÈS, 1999

 

 

Quatrième de couverture

La réflexion de François Marty porte sur les formes de psychoses à l'adolescence où se disent certains aspects de la problématique familiale. Partant de l'analyse du mémoire de Pierre Rivière — adolescent du siècle dernier ayant égorgé sa mère, sa sœur, et son frère — que l'auteur considère comme le témoignage d'une expérience intérieure de la psychose à l'adolescence, il met en évidence les nombreux liens qui peuvent exister entre symptômes d'enfants et problématique parentale et les impasses pubertaires où se tient un adolescent qui vit dans le champ clos de l'enfermement psychotique. Sont ainsi analysés les processus sous-jacents qui organisent le repli psychotique pubertaire et le renfermement de l'espace individuel et familial, qui peuvent pousser l'adolescent au passage à l'acte meurtrier ou suicidaire.

L'auteur insiste sur la capacité transformationnelle propre à l'adolescence. S'appuyant sur des exemples cliniques, il montre que la rupture avec la réalité n'est vraisemblablement jamais totale, et que le thérapeute peut utiliser ces éléments positifs de la psychose à l'adolescence pour faire avec les patients psychotiques et leur famille un bout de voyage au cœur de leur nuit.

François Marty est psychologue et psychanalyste, professeur des Universités. Il enseigne la psychologie clinique et la psychopathologie à l'université de Rouen. Il est membre du laboratoire de psychopathologie fondamentale et psychanalyse de l'université Paris 7 Denis Diderot.

 

Notes de lectures par Annie Birraux

 

Le travail de François Marty est une contribution féconde à la question de 1a psychose pubertaire. Filiation, Parricide et Psychose à l'adolescence restitue au lecteur l'expérience d'un clinicien confronté à l'énigme de ces effondrements psychiques de la puberté, et soucieux de formater celle-là tant au plan théorique que thérapeutique.

Il n'y a pas de théorie univoque de la psychose. Si la psychanalyse en, a proposé quelques modèles et montré, contrairement à la médecine psychopathologique ou à la psychiatrie, la mobilisation possible des structures psychiques en panne de symbolisation, en impasse d'altérité, elle n'a jamais tu les limites de ses ressources thérapeutiques face à de tels patients, qui « pour sortir (quelquefois) de la nuit » n'en restent pas moins souvent dans le crépuscule. L'énigme de la psychose est celle de l'impasse de la structuration du sujet : Les travaux de l'école kleinienne nous ont, sur ce point, fourni des repères psychogénétiques. Ils ne sont cependant pas suffisants pour comprendre et briser l'enfermement psychotique, L'auteur ici, certes, ne néglige pas le monde, fantasmatique du patient et  ses fixations, mais il tente de saisir le déterminisme de sa constitution. Quelles souffrances enfouies ou encore actives amènent l'être humain à se couper du monde, à refuser le partage de ses symboles et de sa langue ? S'agirait-il d'un choix propre ou d'un destin assigné dans lequel la subjectivation serait inexorablement barrée ?

La thèse de François Marty tient en un point : La psychose implique les parents,.

« Je suis parvenu » dit l'auteur, dès les premières lignes, « à l'idée que les symptômes des adolescents, et des enfants qu'ils ont été, s'enracinent dans la problématique parentale ». Mais nous ne sommes pas ici dans la responsabilisation bipartite et souvent sauvage qui oppose la mère phallique au père absent. La problématique parentale, c'est l'héritage œdipien qu'ils transmettent à leur insu à leur progéniture. Et l'œdipe n'est jamais que l'intériorisation de la loi, d'une loi qui est signifiée, incarnée pour l'enfant dans la parole du Père, sauf à avoir été contournée par les parents eux-mêmes. Certes, c'est bien du Père forclos qu'il s'agit lorsque la loi n'est pas dite, mais cette configuration in abstentia n'a souvent pas grand chose à voir avec la réalité paternelle externe, mais bien plus avec les histoires singulières de chacun des parents et la manière dont celles-ci se tissent ensemble. Le monde des fantasmes parentaux et de leur mise en sens dans la relation qu'ils instaurent avec l'enfant est concerné. En ce sens, l’enfant qui souffre psychiquement est toujours symptôme d'une maladie œdipienne parentale et l'on pourrait dire que la psychose est une issue sacrificielle de la filiation.

Pierre Rivière vient rendre compte (entre autres exemples) d'une telle histoire et de la violence qu'elle porte en elle, qu'elle soit agie contre l'autre (matricide ou parricide) ou contre soi (suicide) ou seulement parlée. Ce n'est que dans la violence que le psychotique peut tenter d'échapper à son destin : Le matricide en est la figure radicale, mais il nous semble pouvoir souligner que cette haine pour l'objet maternel est déjà à l'œuvre dans la désarticulation de la langue (calabene ou magnation : cf. le texte) sur laquelle l'auteur marque souvent la pause.

Les deux derniers chapitres traitent de la prise en charge des adolescents psychotiques. Mettre en liens plutôt qu'interpréter, dit l'auteur, qui insiste sur la non-différenciation chez l'adolescent psychotique, du moi et du non-moi (non différenciation qui nous renvoie aux origines infantiles de 1a psychose pubertaire) et sur la confusion qui en résulte entre monde interne et réalité externe, mais mettre en liens aussi pour les parents. Il ne s'agira pas d'une aventure solitaire mais d'un véritable travail à partir duquel pourront se réhabiliter les capacités transformationnelles de l'adolescence : l'un des patients doutera de plus en plus de ses hallucinations, l'autre atténuera progressivement son déni de réalité ci laissera émerger le doute.

François Marty a réalisé là un livre comme on les aime : le thème est d'actualité et d'intérêt, la pensée est riche mais s'exprime simplement; le jargon ou les digressions ne sont pas de mise. La sensibilité du clinicien est à fleur de phrase. Assurément il faut le lire.

 

Lire le sommaire du livre

Introduction

I. Récits en analyse, analyse de récits

Du patient au texte

Analyser un texte

Le problème de la traduction

Pierre Rivière

II. Impasse et passages (à l’acte)

L'agir psychotique à l'adolescence

Le passage à l'acte

Le matricide

Le suicide

Figures d'enfermement dans la psychose

De l'autodidactie à l'autoréférence

Le lien de filiation

L'impasse pubertaire

III. Problèmes et perspectives thérapeutiques

Analyser, interpréter, relier

Du texte aux patients

Traumatismes, puberté et histoire familiale

Une mise en liens (plutôt qu'une interprétation)

Adolescence, psychose et famille

La psychose pubertaire

Perspectives thérapeutiques

Conclusion

Bibliographie

Index des noms propres

Index thématique



Naviguez par mots-clefs

Déficiences sensorielles Maladies neuromusculaires Institutions Déficiences mentales Paralysie cérébrale Formation Scolarisation Vie familiale Entreprises Traumatismes

Abonnez-vous à notre lettre d'information

   Indiquez votre nom:

   Votre adresse email

HANDI-PSY (Ex DID))

Alain Casanova Prod.

30 rue de Paradis, 75010 Paris

Tél. 0033 (0)6 07 17 18 65

casanova.alain@gmail.com